dimanche 22 septembre 2013

L'école de la mort - GULF stream

Belle rencontre que celle-ci, organisée par "délivrer des livres" grâce à un partenariat avec les éditions Gulf stream que je remercie vivement pour cette initiative.

L'école de la mort est un recueil de nouvelles ou de récits courts qui traitent de l'environnement scolaire ( en tous cas d'environnements d'apprentissage) et montrent les dangers qui guettent les élèves ou leurs enseignants.
Je m'attendais à lire des histoires assez basiques et j'ai donc été heureusement surprise en lisant ces textes très élaborés, denses et aux sujets relativement complexes.
J'ai beaucoup aimé aussi l'idée de placer ces histoires dans des époques différentes. Cela permet aux lecteurs de se faire une image plus précise des différentes approches pédagogiques. Nous passons ainsi du XVIIème siècle à l'antiquité égyptienne ou grecque, avec un détour par le XXème siècle en Russie et même un crochet par la préhistoire.
En tant qu'enseignante, cette idée ne pouvait que me séduire. Mais les auteurs qui ont participé à l'aventure de ce livre ont également réussi à me séduire par la qualité de leurs styles, par le choix des personnages et par la liberté qui nous est donnée de retirer de chaque texte une leçon, un questionnement.
Je souligne également le côté agréable de l'objet livre avec ses grands caractères et sa couverture attractive.
Et même si j'ai trouvé que tous les textes n'étaient pas aussi prenants, il n'en reste pas moins que j'ai passé un vrai bon moment de lecture avec deux mentions spéciales pour "Le maître des pierres" et " les fantômes de Saint-James" qui présentent l'un la naissance des sépultures et des offrandes funéraires et l'autre le traitement affligeant réservé aux indiens dans les établissements catholiques et dont voici un extrait :
 
" Sœur Charity ne savait ce qu'elle haïssait le plus quand une nouvelle fournée débarquait à la mission Saint-James : leurs braillements ou la morve qui leur coulait du nez. La première chose à faire avec ses furies, c'était les nettoyer pour les débarrasser des puces et de la vermine recouvrant leur corps; ensuite il fallait leur couper les cheveux, le plus court possible, pour éviter la propagation des poux et la persistance de leurs croyances barbares. Mais c'était la même chose, n'est-ce pas? "

Aucun commentaire:

Publier un commentaire